All Articles by mediarchi

60 Articles

All Articles by mediarchi

49 Articles

Le bois : matériau originel de l’architecture

Le bois a donné naissance à l’art de bâtir. Rejeté par le mouvement international qui lui a préféré le métal et le béton, il a été redécouvert par les courants écologiques comme un matériau sain, durable, polyvalent, chaleureux mais aussi économique. De nouvelles géométries et technologies se sont développées, un marché et une filière bois ont prospéré. Nous nous demanderons quels sont aujourd’hui les différents aspects de l’architecture bois. S’il y a peu encore, ce matériau était perçu comme « daté », guère « à la mode » architecturalement parlant, le phénomène s’est inversé. Désormais, il permet de séduire et de faire vendre. Pourtant s’il est vertueux en matière de durabilité, la construction bois elle, ne l’est pas forcément. Exemples à l’appui, nous essaierons de comprendre dans le temps, les liens qui unissent les hommes, le bois et les sociétés.

© Ninara / archi : A. Aalto, Noormarkku, Finlande

Programme égalité des chances

Caroline Mazel a participé au Programme Egalité des Chances à l’ensapBx du 23 au 27 février 2015 : « L’architecture à ma portée. Aider les lycéens issus de milieux modestes à se préparer aux études d’architecture ».

Depuis 6 ans, à l’initiative de la Fondation Culture & Diversité, des élèves de Terminale originaires de la France entière et principalement des formations techniques et professionnelles et de milieux modestes, sont sélectionnés pour participer à un stage en vue de se préparer à l’entrée dans une des Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture.

Au cours de cette semaine, les 30 participants retenus ont assisté à des conférences sur l’architecture, sont allés à la rencontre d’étudiants, d’enseignants et de professionnels et ont visité des musées, agences d’architecture et chantiers et sites emblématiques d’architecture. Par groupe, ils ont travaillé également à la réalisation d’une production (maquette, book, journal, …) qu’ils pourront ensuite joindre à leur dossier de candidature aux procédures d’admission en Ecole Nationale Supérieure d’Architecture.

Suite à ce stage, les élèves passeront les procédures d’admission des écoles, sans quota ni voie parallèle d’accès. En cinq ans, 82 élèves  sur les 145 qui ont participé au stage puis présenté leur candidature ont été admis en école d’architecture, soit 56,6%, pour une moyenne nationale de 32,6% (2013).
© A. Sassa

Conférence hommage à Pierre Riboulet à l’Université Paris 8

A l’occasion des vingt ans de la pose de la première pierre de la bibliothèque universitaire de Paris 8 le 28 mars 1995 par François Mitterrand, Pré20150320_194959sident de la République, Caroline Mazel a animé avec Serge Clavet (Association P. Riboulet) une conférence en hommage à l’architecte le 20 mars 2015 à 17h selon le Programme joint.

Cette interventio20150320_194513n, en accès libre et gratuit a été suivie d’une visite de la bibliothèque universitaire de Paris 8 en présence des membres de l’association P. Riboulet, de Danielle Tartakowski, Présidente de l’Université Paris 8 et de Carole Letrouit, Directrice du Service Commun de Documentation.

Vous pouvez écouter la conférence via le lien suivant : http://plus.franceculture.fr/partenaires/paris-8/pierre-riboulet-hommage-un-architecte-militant

© association P. Riboulet, Médiarchi et LC.

Chicago : aux sources de l’architecture moderne / 2012

Chicago a fait d’un désastre une force. Détruite par un grand incendie en 1871, elle s’est engagée dans une fièvre constructive au point d’être qualifiée de « cité des extrêmes ». Ville de l’avenir, elle s’oppose à la ville traditionnelle par sa hauteur et l’organisation de ses réseaux. Dans ce contexte est née la célèbre « École d’architecture de Chicago » qui a inspiré l’Europe.  Ce voyage nous offre l’occasion de découvrir quelques unes de plus grandes icônes de l’architecture contemporaine pensées par les pères fondateurs de la modernité tels qu’Henri Richardson, Louis Sullivan, Frank Lloyd Wright ou encore Ludwig Mies Van der Rohe.

© Kwashi / archi : L. Mies Van der Rohe

Les lieux de musique symphonique et philharmonique : lorsque l’architecture cherche la note juste

Auditorium, philharmonie, cité de la musique, … Qu’est-ce aujourd’hui qu’un lieu de musique ? Pourquoi et comment le construit-on ? Quels liens compositeurs, ingénieurs, architectes et politiques doivent-ils tisser pour marier création architecturale, qualité technique et modelage du tissu urbain ? Nous répondrons à ces questions en étudiant notamment les Philharmonies de Berlin, Copenhague, Hambourg, celle de Paris qui a suscité une vive polémique mais aussi les cités de la musique de Rio ou Porto et des opérations plus expérimentales comme le Pavillon de l’exposition internationale de Bruxelles de Iannis Xénakis ou les structures accordables de Renzo Piano pour le compositeur Luigi Nono.

© Forgemind ArchiMedia

Jean Nouvel

D’origine lot-et-garonnaise, Pritzker Price 2008, Jean Nouvel a débuté sa carrière avec une architecture de pamphlet. Désormais « archi-star », il essaime ses projets de par le monde. L’architecte se revendique « sans recette », « sans style » à priori et dit souhaiter répondre aux contextes plus qu’à sa propre patte. Ses filiations, notamment liées à l’architecte Claude Parent, les différentes périodes de sa carrière, ses prises de position et concepts forces seront ici présentés et analysés.

© J. Bodin

Glenn Murcutt

L’architecte australien Glenn Murcutt, Prix Pritzker 2002, est reconnu pour son architecture inspirée de la modernité mais pour autant ancrée dans le territoire, soucieuse des sites et des hommes. Refusant le ‘’marketing vert’’, il défend une architecture écologique pragmatique, basée sur le bon sens et l’économie. Respectueux des aborigènes, de l’histoire de son pays et de son climat, il constitue une figure discrète mais reconnue de la scène internationale. Loin du star système, il produit peu mais se réclame d’un précepte fort : « faire extraordinairement bien des choses extrêmement ordinaires ».

© B. Petersen

L’habitat intermédiaire : entre individuel et collectif

Même si nous sommes désormais sensibilisés à une approche plus durable de notre territoire, l’habitat individuel continue d’être développé de manière galopante. L’un des enjeux de la ville durable du XXIème siècle se résume en une phrase : concilier notre engouement pour la maison tout en économisant les ressources foncières. Forme architecturale et urbaine encore mal connue, l’habitat intermédiaire est une solution hybride qui allie les avantages de l’individuel à ceux du collectif. Pour en cerner les indéniables qualités, nous nous pencherons sur son origine historique et sur les dernières expériences menées dans ce domaine en France et à l’étranger.

© Hervé Abbadie / archi : Caradec & Risterucci

Le design scandinave

Reflet d’une culture commune à 5 pays (Danemark, Suède, Norvège, Finlande et Islande), le design scandinave bénéficie d’une solide réputation. En entretenant une relation privilégiée avec l’environnement, le Nord de l’Europe s’est inlassablement inspiré de la nature. À l’inverse des intérieurs du Mouvement Moderne jugés froids et figés, les créations scandinaves sont chaleureuses et esthétiquement accessibles. Composées de matériaux et de couleurs naturels, de formes pures et minimales, elles se reconnaissent par leurs lignes organiques, allusions à la faune et à la flore locale. Cette conférence permettra de comprendre le pragmatisme du design scandinave, autant soucieux d’utilité, de fonctionnalité que d’élégance. Elle mettra en lumière son éthique humaniste et démocratique animée par un idéal social : améliorer la qualité de vie de chacun.

© D. Bates / archi : A. Jacobsen

L’Art Déco : l’art du juste milieu

Alliance de classicisme, de modernisme et de régionalisme, l’Art Déco a souvent été qualifié d’art tempéré par opposition au radicalisme du Mouvement Moderne. Art du juste milieu, de l’entre-deux, né sur les cendres de l’Art Nouveau, il prépare le terrain à l’épanouissement du Mouvement moderne. Autour de matériaux précieux et de la grande tradition de l’artisan d’art, il s’est épanoui en Europe mais aussi aux États-Unis. Débordant de vitalité et de ludisme, aux antipodes de la rigueur et des formes parfois austères du modernisme qui refoulait l’ornement, il s’est illustré jusqu’en région comme à Royan. Les architectures présentées durant cette conférence seront mises en relation avec d’autres domaines de création comme le cinéma, la peinture, la sculpture, la mode et globalement les arts décoratifs, très créatifs à cette époque.

© Cheetah-flicks / archi : M. Polak