Archives pour la catégorie Conférences

Les lieux de musique symphonique et philharmonique : lorsque l’architecture cherche la note juste

Auditorium, philharmonie, cité de la musique, … Qu’est-ce aujourd’hui qu’un lieu de musique ? Pourquoi et comment le construit-on ? Quels liens compositeurs, ingénieurs, architectes et politiques doivent-ils tisser pour marier création architecturale, qualité technique et modelage du tissu urbain ? Nous répondrons à ces questions en étudiant notamment les Philharmonies de Berlin, Copenhague, Hambourg, celle de Paris qui a suscité une vive polémique mais aussi les cités de la musique de Rio ou Porto et des opérations plus expérimentales comme le Pavillon de l’exposition internationale de Bruxelles de Iannis Xénakis ou les structures accordables de Renzo Piano pour le compositeur Luigi Nono.

© Forgemind ArchiMedia

Jean Nouvel

D’origine lot-et-garonnaise, Pritzker Price 2008, Jean Nouvel a débuté sa carrière avec une architecture de pamphlet. Désormais « archi-star », il essaime ses projets de par le monde. L’architecte se revendique « sans recette », « sans style » à priori et dit souhaiter répondre aux contextes plus qu’à sa propre patte. Ses filiations, notamment liées à l’architecte Claude Parent, les différentes périodes de sa carrière, ses prises de position et concepts forces seront ici présentés et analysés.

© J. Bodin

Glenn Murcutt

L’architecte australien Glenn Murcutt, Prix Pritzker 2002, est reconnu pour son architecture inspirée de la modernité mais pour autant ancrée dans le territoire, soucieuse des sites et des hommes. Refusant le ‘’marketing vert’’, il défend une architecture écologique pragmatique, basée sur le bon sens et l’économie. Respectueux des aborigènes, de l’histoire de son pays et de son climat, il constitue une figure discrète mais reconnue de la scène internationale. Loin du star système, il produit peu mais se réclame d’un précepte fort : « faire extraordinairement bien des choses extrêmement ordinaires ».

© B. Petersen

L’habitat intermédiaire : entre individuel et collectif

Même si nous sommes désormais sensibilisés à une approche plus durable de notre territoire, l’habitat individuel continue d’être développé de manière galopante. L’un des enjeux de la ville durable du XXIème siècle se résume en une phrase : concilier notre engouement pour la maison tout en économisant les ressources foncières. Forme architecturale et urbaine encore mal connue, l’habitat intermédiaire est une solution hybride qui allie les avantages de l’individuel à ceux du collectif. Pour en cerner les indéniables qualités, nous nous pencherons sur son origine historique et sur les dernières expériences menées dans ce domaine en France et à l’étranger.

© Hervé Abbadie / archi : Caradec & Risterucci

Le design scandinave

Reflet d’une culture commune à 5 pays (Danemark, Suède, Norvège, Finlande et Islande), le design scandinave bénéficie d’une solide réputation. En entretenant une relation privilégiée avec l’environnement, le Nord de l’Europe s’est inlassablement inspiré de la nature. À l’inverse des intérieurs du Mouvement Moderne jugés froids et figés, les créations scandinaves sont chaleureuses et esthétiquement accessibles. Composées de matériaux et de couleurs naturels, de formes pures et minimales, elles se reconnaissent par leurs lignes organiques, allusions à la faune et à la flore locale. Cette conférence permettra de comprendre le pragmatisme du design scandinave, autant soucieux d’utilité, de fonctionnalité que d’élégance. Elle mettra en lumière son éthique humaniste et démocratique animée par un idéal social : améliorer la qualité de vie de chacun.

© D. Bates / archi : A. Jacobsen

L’Art Déco : l’art du juste milieu

Alliance de classicisme, de modernisme et de régionalisme, l’Art Déco a souvent été qualifié d’art tempéré par opposition au radicalisme du Mouvement Moderne. Art du juste milieu, de l’entre-deux, né sur les cendres de l’Art Nouveau, il prépare le terrain à l’épanouissement du Mouvement moderne. Autour de matériaux précieux et de la grande tradition de l’artisan d’art, il s’est épanoui en Europe mais aussi aux États-Unis. Débordant de vitalité et de ludisme, aux antipodes de la rigueur et des formes parfois austères du modernisme qui refoulait l’ornement, il s’est illustré jusqu’en région comme à Royan. Les architectures présentées durant cette conférence seront mises en relation avec d’autres domaines de création comme le cinéma, la peinture, la sculpture, la mode et globalement les arts décoratifs, très créatifs à cette époque.

© Cheetah-flicks / archi : M. Polak

Panorama des grandes pratiques en matière d’architecture écologique : low-tech, high-tech, architecture raisonnée

Après les utopies et les expérimentations des années 60-70, l’architecture écologique est une pratique désormais courante. Mais qu’en est-il concrètement ? Comment se matérialise-t-elle d’un point de vue architectural ? Que recouvrent les termes architecture bioclimatique, HQE, architecture vernaculaire ? Des tendances peuvent-elles être discernées ? Entre les tenants d’une architecture où l’économie de moyens et la mise en valeur de savoirs faire traditionnels sont privilégiés et les partisans d’installations sophistiquées, existe-t-il un juste milieu, une démarche plus raisonnée ? L’habitat sera particulièrement mis en lumière au travers d’exemples aquitains et internationaux.

© J. Pau / archi : P. Soleri

Le Corbusier et l’habitat

Pendant plus de 40 ans, le célèbre architecte a travaillé au développement d’un homme nouveau pour l’avènement d’une ville moderne. Il avait la conviction qu’en renouvelant l’architecture et l’urbanisme, la société pourrait être profondément réformée. Face au manque chronique de logements, il a cherché à apporter des réponses universelles où la standardisation et la production en série étaient prépondérantes. C’est cet angle en particulier, sa réflexion autour de la question du logement, que nous mettrons en lumière durant cette conférence. Afin de comprendre comment, sa vie durant, sa détermination a été de « mettre l’homme d’aujourd’hui hors du malheur », de « le mettre dans le bonheur, dans la joie quotidienne et l’harmonie ».

© E. Rouillier

Les grands projets présidentiels I : du centre Pompidou à l’Institut du Monde Arabe

Les premiers présidents français de la Vème République ont marqué le territoire de leur empreinte avec notamment le centre Beaubourg, la cité des sciences de La Villette, le musée d’Orsay ou l’Institut du Monde Arabe. Entre réussite architecturale et erreurs de conception, nous analyserons ces réalisations exceptionnelles qui témoignent de leur époque tout en portant la marque personnelle de leur commanditaire.

© J.P.Dalbéra / archi : R. Piano & R. Rogers

Les grands projets présidentiels II : du ministère de Bercy au projet de Grand Paris

Après les projets menés par G. Pompidou et V. Giscard d’Estaing, nous nous intéresserons aux opérations du Grand Louvre, de l’Arche de La Défense, de la BNF ou encore du Musée du Quai Branly des présidents Mitterrand et Chirac. Le projet de « Grand Paris » impulsé par Nicolas Sarkozy sera présenté en l’état actuel de son avancement. Cette conférence nous offre l’opportunité de lever le voile sur les « coulisses » de ces opérations et de replacer le rôle de l’architecte au sein des systèmes décisionnaires.

© K. Bandara / archi : I. M. Pei