Archives pour la catégorie Conférences

Chicago : aux sources de l’architecture moderne

Chicago a fait d’un désastre une force. Survenu en 1871, le grand incendie qui réduit la ville à l’état de cendres a joué un rôle décisif dans son évolution. S’en est suivie une fièvre de reconstruction qui lui a donné son aspect actuel, celui d’une cité des extrêmes. Ville de l’avenir, Chicago s’oppose à la ville traditionnelle autour du pari de l’aérien et de la hauteur avec ses gratte-ciels et ses lignes de transports. Dans ce contexte fertile est née l’« Ecole de Chicago », à l’origine d’une pensée moderne et rationnelle de l’espace qui a inspiré l’Europe. Ses projets de voiries, d’urbanisme et d’architecture seront présentés et analysés au travers des réalisations de William Le Baron Jenney, Henry Richardson, Daniel Burnham, Louis Sullivan mais aussi Frank Llyod Wright et Ludwig Mies Van der Rohe. Au final, un concentré fascinant d’icônes de l’architecture…

© M. Thorpe

« Arcachonnade », « Bretonnerie » et autre « Basquitude »… Quid de l’architecture régionaliste ?

Au début du XXème siècle, industrialisation et mondialisation conduisent leurs détracteurs à remettre au goût du jour les styles traditionnels qui font l’identité des « régions ». Initiée avec le développement de la villégiature au XIXème siècle, cette recherche de pittoresque donne naissance au néo-régionalisme qui revisite en France les styles normands, landais, basques… Aujourd’hui, le régionalisme conjugué par la promotion immobilière envahit notre territoire et alimente le marché de masse de l’habitat. A côté de cet « exotisme », souvent qualifié « de pacotille » et de « parodie », une architecture régionale contemporaine vivante et créative essaie d’exister. Certains architectes s’engagent de manière militante dans leur région pour faire évoluer la tradition, hybridant modernité et vernaculaire et respectant nature et culture…

© S. Bertrand

Pierre Riboulet : hommage à un architecte militant

Citoyen, humaniste, talentueux, généreux, Pierre Riboulet compte parmi les architectes les plus honorables du XXème siècle. A travers son exigence de la « légitimité des formes », il a défendu une conception du métier d’architecte qui impose de capter au plus juste les besoins des usagers et de les traduire au plus près dans l’architecture. Son amour des gens, son empathie pour ceux qui souffrent, son espoir en l’avenir l’ont conduit à construire des réalisations unanimement reconnues comme l’hôpital pour enfants Robert Debré. L’analyse de ses lieux d’enseignement, bibliothèques et hôpitaux nous parlera de cet architecte décédé en 2003, hors des modes et fidèle, sa vie durant, à ses valeurs.

© L. Lagarde - Ville de Limoges

Lorsque l’utopie se réalise : le cas de la région lyonnaise

Dans les années 1920 et en période d’après-seconde guerre mondiale, face à la crise du logement et à son insalubrité, des élus de la région lyonnaise espèrent un monde meilleur. Pour concrétiser leur ambition sociale, spirituelle et humaine, ces personnalités audacieuses se rapprochent d’architectes d’avant-garde, réputés pour leurs convictions. Ensemble, ils réalisent des opérations d’habitat et d’équipements caractéristiques du Mouvement Moderne et exemplaires de la capacité de l’architecture à générer lien social et épanouissement de l’individu. A Villeurbanne, Lyon, Firminy ou encore Givors, un patrimoine inédit et vivant s’offre à nous comme un encouragement aux utopies de demain…

© P. Arnaud - RUL

Femme-architecte ou architecte-femme ?

Si les femmes constituent 40% des diplômées des écoles d’architecture européennes, très peu dirigent leur propre agence. L’architecture est la profession qui affiche le décalage le plus fort entre le taux de formation et de professionnalisation des éléments féminins. Du bizutage dans des écoles longtemps masculines en passant par le sexisme des maîtres d’ouvrage et des confrères jusqu’à la difficulté de concilier vie privée et professionnelle, nous aborderons les difficultés rencontrées par les femmes au cours de l’histoire afin d’être reconnues pour leurs compétences et non discriminées par leur genre. Sur les pas des pionnières, des combattantes puis des générations actuelles…

© F. de la Mure - MAE

Figures majeures et grands débats de l’architecture d’aujourd’hui

Le paysage architectural international est composé d’un faisceau de tendances animé par des maîtres d’œuvre aux créations contrastées. Comprendre leurs démarches, leurs filiations doctrinales et leurs oppositions est nécessaire pour appréhender le monde bâti qui se façonne autour de nous. Les déconstructivistes, les écologistes,  les technophiles ou encore les continuateurs de la modernité ! Autant de  »familles » qui méritent d’être décryptées pour faire émerger les grandes sensibilités conceptuelles du moment.

© J. P. Dalbéra / archi : R. Rogers

La maison Pic : la perle moderne de Bergerac

En 1956, à Bergerac, sur les bords de la Dordogne, l’industriel Jean-Paul Pic réalise avec deux amis architectes -Georges Lacaze et René Fray- une maison fantastique, rétrospectivement synthèse de l’imaginaire domestique de Jacques Tati et d’André Franquin. De nombreuses influences architecturales, héritières du Mouvement Moderne y sont lisibles, de même que l’espérance en une époque joyeuse et riche en perspectives. Si l’ouvrage témoigne de l’avant-garde de son propriétaire, personnage hors du commun, elle est reconnue pour sa valeur patrimoniale depuis sa protection en 2008 au titre des Monuments Historiques. Ce petit joyau caractéristique des fifties sera présenté dans le détail telle une œuvre d’art totale…

© DRAC Aquitaine

Le mobilier urbain

Afin d’harmoniser les objets de l’espace public, le mobilier urbain (bancs, tables, poubelles, lampadaires, plaques de rues, feux tricolores ou encore arrêts de bus et stations de tramway) doit remplir des qualités d’esthétique, de robustesse, de coût mais aussi de fonctionnalité, d’ergonomie et plus largement de durabilité. Pour mieux comprendre ce domaine de création, nous évoquerons une sélection d’éléments conçus par différents designers et architectes des XXème et XXIème siècles. Nous nous intéresserons à des éléments classiques, entrés dans l’histoire et dans le paysage urbain, mais aussi à des créations et recherches récentes.

© J. Handlon

Art du jardin : entre permanence et innovation

Comme tout domaine de création, l’art du paysage et plus spécifiquement du jardin, se positionne aujourd’hui par rapport aux grands archétypes du passé, cherchant à s’en inspirer, à les réinventer ou à s’en distancier. Les modèles référents dits « à la française », « à l’italienne », « asiatique », « persan », etc. seront tout d’abord analysés au regard de l’époque et de la société dans lesquelles ils ont vu le jour. Dans un second temps, nous aborderons un panel de réalisations contemporaines qui revendiquent des degrés d’affranchissement divers quant à ces sources historiques. Entre l’esprit et la lettre.

© A. Schaffer

Jean-Raphaël Hébrard

Nous rendons ici hommage à l’architecte Jean-Raphaël Hébrard pour sa capacité à allier en Pays-Basque modernité architecturale et souci du lieu dans les années 1960-70. Notamment auteur du VVF de la Chambre d’Amour à Anglet, de l’aménagement de la baie de Chingoudy, d’un ensemble d’habitations sur le port de Socoa ou encore de la CPAM de Bayonne, le talent trop peu connu de ce maître d’œuvre décédé en août 2006 mérite d’être mis en lumière. Les influences qui l’ont marqué, les thématiques sur lesquelles il a travaillé, les différentes phases dont son œuvre a été ponctuée seront abordées.

© R. Raymond