Archives pour la catégorie Voyages & visites

Région lilloise. Histoire d’une mutation : de l’industrie à la culture / 2017

Historiquement, le Nord-Pas-de-Calais est une région fortement industrielle grâce à ses activités textiles, métallurgiques et automobiles. Sinistrées, elles sont remplacées par une économie tertiaire depuis quelques décennies. Cette évolution va de pair avec la reconversion des usines et courées qui connaissent une seconde vie autour de nouveaux usages. Grâce à leurs qualités spatiales et constructives, ces sites emblématiques ont un potentiel de mutation qui permet de les transformer en lieux de culture, logements ou encore bureaux. Ce voyage donne l’occasion de découvrir une sélection d’entre eux. Il permet également d’aborder la question de l’architecture commémorative au travers de projets de mémoriaux qui témoignent de « L’enfer du Nord ».

Vénétie : sur les pas de Palladio et Scarpa / 2016

Ce voyage met à l’honneur deux grands noms de l’architecture : Carlo Scarpa (1906-1978) et Andréa Palladio (1508-1580). Nés en Vénétie où ils ont exercé, autodidactes, indépendants, marqués par l’histoire de leur région, des similitudes les rapprochent. Paradoxalement le plus moderne des deux est Palladio qui a défini des règles qui ont considérablement infléchi le cours de l’histoire de l’architecture. Plus traditionnel et intuitif, Scarpa se présente comme l’un des grands maîtres dans l’art de faire dialoguer les strates du temps. Ce séjour nous ouvre les portes d’une Vénétie secrète, loin du tumulte touristique, entre Venise et Vicence, musées, villas, palais et interventions urbaines.

© Angel de los Rios / archi : Palladio

Chicago : aux sources de l’architecture moderne / 2012

Chicago a fait d’un désastre une force. Détruite par un grand incendie en 1871, elle s’est engagée dans une fièvre constructive au point d’être qualifiée de « cité des extrêmes ». Ville de l’avenir, elle s’oppose à la ville traditionnelle par sa hauteur et l’organisation de ses réseaux. Dans ce contexte est née la célèbre « École d’architecture de Chicago » qui a inspiré l’Europe.  Ce voyage nous offre l’occasion de découvrir quelques unes de plus grandes icônes de l’architecture contemporaine pensées par les pères fondateurs de la modernité tels qu’Henri Richardson, Louis Sullivan, Frank Lloyd Wright ou encore Ludwig Mies Van der Rohe.

© Kwashi / archi : L. Mies Van der Rohe

Le Corbusier en Gironde

La Gironde possède deux réalisations du célèbre architecte. A Lège Cap Ferret tout d’abord où à la demande de l’industriel Henry Frugès, Le Corbusier a livré une petite cité ouvrière en 1924, annonçant les grands principes de l’architecture et de l’urbanisme modernes. Aujourd’hui inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, elle a gardé sa vocation originelle d’habitat social. A Pessac, ses projets prennent de l’ampleur et l’occasion lui est donnée de mettre en oeuvre un véritable « laboratoire » de l’habitat bon marché que nous arpenterons. Il y teste des principes de standardisation, des techniques modernes de construction, de nouvelles formes bâties et une architecture qui, bien en avance sur son temps, va susciter de vives réactions.

© N. Ernult - ville de Pessac

De l’école d’Amsterdam aux avants-gardes contemporaines / 2008

Tributaires d’une morphologie naturelle difficile, les amstellodamois sont à l’origine d’une planification hydraulique et urbaine audacieuse dès le XVIIème siècle. Souvent qualifiée de « bien élevée », l’architecture s’y exprime dans le détail plus que dans les effets spectaculaires. Réalisées selon des dimensions et des matériaux semblables, les maisons de bord de canaux donnent à Amsterdam son paysage homogène. Son souci de la densité, de la qualité des espaces publics et de la gestion des énergies durables, en font un modèle reconnu de longue date. Depuis l’époque médiévale jusqu’aux expérimentations récentes en passant par la production de l’école d’architecture dite d’Amsterdam autour de Michel de Klerk et Hendrik Berlage, nous nous intéresserons à ces spécificités qui impriment à cette ville-port une atmosphère particulièrement affable.

© Fred

Sur les pas de Jean-Raphaël Hébrard en Pays-Basque

Au travers de Jean-Raphaël Hébrard qui a porté haut l’architecture régionale dans la seconde moitié du XXème siècle, nous découvrirons comment respecter l’identité d’un territoire tout étant moderne à la fois. Sa manière d’être local, ancré dans le lieu sans pour autant livrer un régionalisme de surface, son refus de faire superficiellement référence à quelques codes et signes nous intéresseront en particulier. Des opérations de différentes échelles et natures égraineront notre parcours en Pays-Basque sur les pas de ce régionaliste critique de talent.

© R. Raymond

De l’école de Nancy à Jean Prouvé / 2015

A l’école de Nancy, l’Art Nouveau s’est illustré avec éclat dès 1901 sous l’égide d’ E. Gallé, L. Majorelle, A. Daum ou encore V. Prouvé dans l’idée de marier arts et industrie afin de produire des objets à destination du plus grand nombre. Jean Prouvé a été formé au sein de cet environnement culturel et idéologique. « Tortilleur de tôle », il a participé à la construction de logements et de meubles pour les plus modestes notamment grâce à ses usines de Maxéville. Au-delà, Nancy a bénéficié des travaux de Jean Bourgon et de Bernard Zehrfuss qui, chacun à leur époque, ont participé à l’épanouissement d’une architecture rationnelle . C’est sur les pas de ces hommes qui se sont consacrés leur vie durant au progrès humain et social que notre séjour nous conduira.

© P. Hyde / archi : H. Sauvage & L. Weissenburger

Architecture viticole : le cas de Saint-Emilion

Entre désir de renouveau, image de modernité et enracinement dans le terroir et les traditions locales, les producteurs sont désormais conscients de l’intérêt de l’association de deux disciplines exigeantes au service du vin : la création architecturale et la création viticole. Cette journée nous offre l’occasion de vivre ces deux arts de façon simultanée et de comprendre, comment le vin, expression d’une culture, s’exprime aujourd’hui plus que jamais par le biais de l’architecture.

© J.P. Lamarque / archi : Nadau-Lavergne

Jean Nouvel en Dordogne

Le musée gallo-romain de Périgueux et l’église Sainte Marie de Sarlat comptent parmi les plus belles réalisations des années 90 du prix Pritzker français. Elles ont pour point commun d’assumer une attitude contemporaine sur des sites pourtant sensibles patrimonialement parlant : la ville médiévale de Sarlat et son église meurtrie et la Domus des Bouquets, témoignage de la ville antique de Vésone. Ces deux projets éclairent l’essentiel de la démarche de l’architecture, à savoir l’idée d’architecture contextuelle et conceptuelle que nous expliquerons.

© M. Anglada

Lorsque l’utopie s’est faite réalité dans la région lyonnaise / 2014

Dans les années 1920 et en période d’après-seconde guerre mondiale, face à la crise du logement et à son insalubrité, des élus de la région lyonnaise espèrent un monde meilleur. Pour concrétiser leur ambition sociale, spirituelle et humaine, ces personnalités audacieuses se rapprochent d’architectes d’avant-garde, réputés pour leurs convictions. Ensemble, ils réalisent des opérations d’habitat et d’équipements caractéristiques du Mouvement Moderne et exemplaires de la capacité de l’architecture à générer lien social et épanouissement de l’individu. Alors qu’elles incarnent quelques unes des plus grandes icônes de l’architecture du XXème siècle, la cité des États-Unis, le quartier des Gratte-ciel, le couvent de La Tourette, la ville de Firminy ou encore l’ensemble des étoiles de Givors nous invitent à réfléchir aux utopies de demain…

© St Etienne Tourisme / archi : Le Corbusier